Anjuna, Goa

Dahlia et Fiona avec femmes de GOA
 

Dahlia demande à Eric en le voyant lire son livre en silence:" Papa, pourquoi tu ne parles pas au livre?"

Nous sommes maintenant dans la province de Goa. Anjuna est une place assez touristique ce qui facilite notre arrivée. Cet endroit de l’époque hippie est reconnu pour ses « raves ». Mais depuis peu, le gouvernement a banni ces rencontres connues mondialement. Il les permet seulement durant le temps de Noel.
 L’endroit est comparable à Montezuma au Costa Rica ou Zipolite au Mexique sauf qu’il est imprégné de la culture indienne : avec ses vaches sacrées qui envahissent les plages et les routes, ses femmes multicolores ornées de bijoux, , son thé Chai, son poulet Tandoori, spectacle de tablas et sitar et soirée fumant la shicha…


Nous restons dans des tentes blanches semblables à des tentes « prospecteur ». Le propriétaire vient du Rajasthan, situé dans le nord de l’Inde. Il passe 6 mois dans le sud, le temps de la période touristique.


La première journée est difficile d’adaptation. Je dois me libérer de cette tristesse qui m’empêche de voir plus loin et de vivre le moment présent. Ici, étant donné qu’il y a moins de population par km carré, la misère est moins apparente.
Ce qui m’agace, ce sont les vendeuses sur le bord de la plage. Elles te harcèlent jusqu’à temps que tu achètes quelque chose : bijoux, vêtements, crème glacée etc. Je suis prise par ma conviction de ne pas consommer et le besoin d’aider ces femmes. Éric lui trouve son compte. Il s’amuse à négocier, ce que je déteste faire. Il se dit : « si j’achète à une, j’aurai la paix »: faux. Au contraire, elles ont trouvé le parfait poisson. « Come to my shop, come to my shop later! » Elles te font promettre de venir les voir à leur magasin. Nous y allons. Et  elles osent revenir te voir le lendemain…Alors nous nous sommes donnés comme mission d’être égale avec le plus grand nombre d’entre elles et d’aller au moins une fois dans certaines « shop ». En fait, ça nous permet de créer des liens.


Mise à part se désagrément devenu rapprochement, nous prenons plaisir à découvrir les alentours. Éric a loué un scooter ce qui nous facilite les déplacements. Et oui, 4 sur le scooter n’est pas chose courante par chez-nous. Ici, c’est un des moyens de transport familial.


Nous avons trouvé un sympathique endroit pour faire du yoga. Le centre Wave flow tenu par un couple : Yael, une israélienne et Karen un californien. (www.acuyogawaveflow.com) J’ai enfin réussi à convaincre Éric et Fiona d’essayer. Ils donnent également des cours sur diverses sortes de respirations et sur l’acupression. Dommage que nous n’avons pas le temps de poursuivre nos connaissances...
Sinon, nous prenons le temps de vivre la culture indienne. Nos huit jours ici nous permettent de rattraper le temps perdu dans les devoirs de Fiona et donnez une stabilité dans les siestes à Dahlia.

Nous avons passé un séjour très agréable. Nous sommes maintenant près à de nouvelles découvertes!

À bientôt

Véro xxx
... marchés bondés d’épices...