MIRACLE À PESCADERO

Éric essaye d'Arrêter de fumer...solution persil!

 

24 décembre 2010

Beau petit matin humide, il est temps d’apprendre aux enfants à démonter un camp avec le plus d’efficacité possible.  2 h… toute une efficacité! Le colonel Chambers n’est pas très fier. 

Nous partons pour Half Moon Bay.  Nous prenons le temps de déjeuner et d’aller dans un magasin de vélo pour de petites réparations. Et pour améliorer notre performance sur route, nous envoyions par UPS de l’équipement qui finalement n’était pas nécessaire (31lbs pas à négliger quand nous savons que 80% était tiré par Véro). Elle  retrouva le sourire!

Déjà 10 km de fait, il n’en reste que 33km.  La route est très plaisante. Notre but est d’arriver à une auberge appelée Pigeon Point (lighthouse) pour la veille de Noël. Et nous avons su, en parlant avec les gens, qu’il annonçait une tempête pour demain. Il est environ 14h00, il nous reste 23 km à faire, nous allons à un très bon rythme (13km/h).

Ici sur la côte, il fait noir vers 17h00. Notre règle de sécurité, autant que possible,  est arrêtée de pédaler après 15h45.

Et voilà qu’arrive ce que nous croyions le plus : une élévation trop grande pour se faire à vélo.  Il y a au moins 2 km d’ascension. Mahëva et Isaak tiennent le coup. Le reste du groupe abandonne la selle.  Dahlia nous chante des cantiques de Noël pendant que nous, le morale  tombe dans les talons.  Après 45 minutes, le sommet atteint, nous revoilà repartis.  Fausse joie, nous sommes au  beau milieu d’une paire de fesses… alors, vous imaginez la remonter! Encore là, les 2 grands restent en selle et nous faisons le reste à pied.  Arrivés au sommet, l’évidence est fatale, nous ne pourrons pas atteindre l’auberge.  Nous devrons camper.  Les enfants sont dévastés par l’idée. 

Quelques centaines de mètres plus pas, il y a une petite route qui mène à un petit village: Pescadero. (122 habitants)   Sur notre carte, il y avait un genre de panier d’épicerie, qui nous indique que nous pouvons acheter de la nourriture.  Allons tenter notre chance, peut-être allons-nous trouver une place où dormir.

Parvenus dans le village de Pescadero, l’illusion s’envole.  3-4 maisons, des carcasses de voitures un peu partout et je ressens de l’hostilité.  J’entre à l’intérieur, il y a un bar, un bureau de poste, des livres, des souvenirs et 2 tablettes contenant de la nourriture. Le tout dans un désordre total. Un magasin général devenu un fourre-tout touristique! J’ai demandé pour des chambres et un terrain pour mettre notre tente en toute sécurité. Rien ne cela n’était possible.  Un peu découragé, j’annonce aux enfants que nous allons camper sur la plage…

La femme qui tenait le bar, sort à l’extérieur pour prendre quelques bouffés de cigarettes. Elle nous dit comme ça que son mari et un ami pourraient peut-être nous donner un petit coup de pouce et transporter notre équipement jusqu’à l’auberge?  Je vous le jure, l’esprit de la gang a changé en un rien de temps.  La magie de Noël existe vraiment!? Le tout confirmé, tout le monde était fous de joie. 16km plus loin, nous étions à l’auberge.

Je suis sûr que ce geste de solidarité restera l’un des cadeaux de Noël dont les enfants se souviendront longtemps!

Éric xx 

Le phare de Pigeon point

Petit plaisir de la vie!

 

Vue de la route vers Pescadero