Pondichéry une ville que nous aimons!

 

Dahlia marché de fleurs, Pondichéry 

 

"Chaque individu est une manifestation spéciale dans l’univers par conséquent, son chemin véritable doit être un chemin absolument unique "  La Mère, Entretien du 16-11-1955

 

 

 

 

Nous ne pouvions pas passer à côté de Pondichéry située dans le sud-est de l’Inde. Cette ville d’architecture française, dû à sa colonisation, est surtout connue pour Auroville et l’ashram de Sri Aurobindo et de la Mère " où l’on dispense un enseignement spirituel qui se veut une synthèse de yoga et de la science moderne. " (Tiré du Lonely Planet)

 

Dès notre arrive, nous avons voulu y séjourner mais l’endroit affichait complet. De toute manière, ce n’était possible d’y vivre en famille. Nous avons alors trouvé la Villa Lambourdonnais. Une sympathique maison située dans le quartier français, tenue par un français d’origine et une indienne où nous avons loué une chambre avec 3 lits simples et un petit réfrigérateur (800 roupies=20$).

 

Ce quartier nous rassure par sa propreté et par son côté plus tranquille que le reste de la ville. Je dirais même plus propre et plus tranquille que tout le reste de l’Inde. Certains indiens parlent toujours le français. La nourriture y est plus familière même si nous devons débourser un peu plus cher pour les repas. Une grande allée longe la mer de Bengale ce qui nous permet d’y marcher tout en profitant de la fraîcheur du vent. Les rives sont envahies de roches donc nous ne nous sommes pas baignés. Une immense statue de Gandhi surplombe l’allée piétonnière. Je suis émue…surtout qu’aujourd’hui, le 30 janvier, c’est l’anniversaire de l’assassinat de Gandhi!

Je vois beaucoup d’opportunités ici : retraite dans un ashram, cours de yoga et enseignement spirituel etc. Nous avons pris des renseignements pour un futur pas si lointain! En plus, nous avons visité le lycée français afin d’évaluer la possibilité pour les enfants d’y recevoir un enseignement à la française! C’est une avenue que nous envisageons peut-être…

Nous avons également visité Auroville. Pour ceux qui ne connaissent pas le projet voici une brève description tiré du dépliant explicatif d’Auroville.

"En 1964, le projet d’Auroville commence dans le but de devenir une ville dédiée à la réalisation de l’unité humaine. Auroville veut être une cité universelle où hommes et femmes de tous pays puissent vivre en paix et en harmonie progressive au-dessus de toute croyance, de toute politique et de toute nationalité. Ici, il n’y a aucune religion.

L’inauguration officielle eut lieu le 28 février 1968. La ville, située à une douzaine de kilomètres au nord de Puducherry (Pondichéry) en Inde du sud. Elle compte actuellement plus de mille huit cents résidents dont 45 nationalités différentes. La Mère, une française qui dirigeait l’Ashram de Sri Aurobindo, communauté qui s’est formé autour du yogi indien Sri Aurobindo, fut la force inspirante derrière la fondation d’Auroville. Elle suivit le projet de très près jusqu’à ce qu’elle quitte son corps en 1973. "

Nous sommes allés sur le site mais sans plus. Nous n’avons pas vu les différents quartiers de toutes les nationalités. Toutefois ce lieu nous a grandement inspiré par son originalité et son sens profond du mot humanité en respect avec la nature!

Avant de quitter Pondichéry, nous avons pris le temps de visiter le jardin botanique qui franchement a besoin d’être rafraichi. Disons qu’il y aurait du travail pour " les pouces verts de la famille Gingras " pour au moins 2 à 3 mois! Nous avons également visité les marchés qui sont à mon avis des incontournables en Inde.

C’est donc ici que s’est terminé notre fabuleux voyage en Inde. Nous restons sur notre appétit tellement il y a encore beaucoup d’endroits à découvrir. Ça sera pour une autrefois…

Il nous reste à prendre le train en direction de Chennai, anciennement Madras, afin de retourner à Bangkok!

À bientôt

Véro xxx

 

p.s. une dernière chronique sur l" Inde reste à venir.

Famille au Space resto!

Statue de Gandhi

 Le madrimandir salle de concentration de Auroville