Un départ plutôt mouvementé!

 

Allo les amis,

               Je peux vous dire que le départ fut plutôt mouvementé. Moi et Éric se croyaient hot d'avoir choisi de partir de Rouyn en avion. Nous arrivions à Montréal à 13h ce qui nous donnait le temps de se reposer avant notre trajet de 30 heures. Le sort en a décidé autrement...
 
Notre vol  Rouyn/Montréal a été annulé par la tempête. Alors la seule alternative afin d'attraper notre vol Montréal /New-York le 10 décembre à 6h30 du matin a été de prendre l'autobus voyageur à 13h. Le trajet a durée 11 heures dû à la tempête...De plus, Dahlia (3 ans en janvier) avait commencé à faire de la fièvre la veille au soir avant de partir...
 
Alors tout le long du trajet nous prenions sa température au 4 heures, un peu plus de 100 degrés! (désolé pour ceux qui fonctionne en celcius!) L'acétaminophène réussissait toujours à diminiuer la fièvre. Vous comprenez que dans le contexte actuel avec la grippe A H1N1. Nous avions eu tous les symptômes de la grippe A H1N1, 1 1/2 mois avant notre départ. Nous n'avions donc pas reçu notre vaccin...et j'imaginais mal me faire refuser l'accès à l'avion!
 
Arrivé à Montréal, nous avions pris un taxi pour accélérer notre arrivé à l'hôtel. Toujours est-il qu'on a eu droit à une courte nuit de 3h30 avant de prendre le "shuffle'' pour l'aéroport. Arrivé à l'aéroprt, une formidable commis d'American Air line nous a fait réaliser que nous devions changer d'aéroport rendu à New-York. Un léger petit détail qui nous avait échapper! Nous avions 1 1/2 heure entre les deux vols. Et vous pouvez imaginer que nous devions s'occuper de nos bagages en plus. Le temps de récupérer nos bagages, passer les douanes, prendre un taxi pour la Guardia, réenrégistrer nos bagages, repasser par les douanes et Dahlia faisait toujours de la fièvre! À ce que je sache, nous n'étions pas inscrit à Rallye-famille autour du monde! Du moins pas encore!

Cette formidable commis nous a tricoté un nouveau trajet: Montréal/Dallas(4 heures), Dallas/Tokyo (14 heures) et Tokyo/Bangkok (7 heures). Le seul petit détail c'est qu'il restait seulement 3 places sur l'avion Dallas/Tokyo. Alors, j'étais en stand by! Donc pas de place pour moi dans l'avion! Elle avait tout même inscrit une note à mon dossier...
 
Arrivé à Dallas nous nous sommes dirigés droit au comptoir d'embarquement parce que l'embarquement avait déjà commencé! Enfin, tout s'est bien passé. J'avais un siège non loin de ma famille. Avec la gentillesse d'un passager nous avons pu échanger nos places!
 
Dahlia faiait toujours de la fièvre. Elle n'a pas aucun autre symptôme: pas de diarrhé, pas de vomissement pas d'écoulement nasale, pas de toux ni de mal musculaire. Donc, nous écartons la possibilité de la A H1N1. Les douanes vont-ils en faire autant? (Mon amie Catherine ne serait pas fière de moi...)
 
Inutile de vous dire que le trajet Dallas/Tokyo a été éprouvant. Je stressais parce que nous allions bientôt manquer d'acétaminophène. Notre réserve était dans la soute à bagages!
Arrivé à Tokyo l'indication HEALTH CARE ET QUARANTAINE n'a pas aidé à lâcher prise. Nous devions trouvé de l'acétaminophène avant d'entrpendre notre dernier trajet  Tokyo/Bangkok (7 heures). Tout était inscrit en japonais. Un bon samaritain occidental a aidé Éric a trouvé une simili pharmacie. Il nous a également informer qu'il aurait sûrement quelques choses pour cet effet dans l'avion.
De nouvelles petites pillules oranges (Bufferin) devaient faire l'affaire!
 
WOW! Japan air line. Tout le personnel était super sympatique et souriant! Nous sentions leur fierté être là. Ça nous changeait des agentes de bord d'Americain Air Line! Par contre nous étions tous épuisés. Nous avons dormi au moins 2 heures jusqu'à temps que je me réveille et constater que Dahlia était complétement rouge tomate...elle faisait 103.6 degrés (39.4 en celcius)
 Cette fois s'en était trop. Je réveilla Éric en catastrophe pour qu'il aille chercher une agente de bord. Elle est arrivé avec un menu de cocktail pharmaceutique écrit en japonais dont les symptômes étaient traduits en anglais. Éric constata que c'était les mêmes petites pillules oranges innéficaces. Je fouilla à nouveau dans ma petite trousse pour trouver d'autres comprimés pour enfants que je n'avais pas vu auparavant.
Youpie! Youpie! Youpie! La fièvre a finalement baissée à 99.1. Entre temps, plusieurs agentes de bords sont venues voir Éric pour nous offrir un service d'accompagnement à l'hôpital dès notre atterrissage. Elles prirent les coordonnées de l'Hôtel afin de faire un suivi. Nous avons cru à cette instant que nous allions passer les 7 prochains jours en quarantaine!
 
 
Finalement nous sommes sortis de l'aéroport comme des poissons dans l'eau. La chaleur humide et chaude nous fit réaliser que nous avions réussi un tour de force. 48 heures de transport!!  
Je vous laisse le soin de trouver la morale de cette histoire. Chose certaine, dès que vous fermez la porte de votre maison avec votre pak-sac sur le dos, le voyage est déja commencé!
 
à suivre
Véro  xxx